François Hollande vainqueur de la primaire socialiste pour l'élection présidentielle 2012

Au terme d'une primaire riche en rebondissements et d'un éveil citoyen salutaire, François Hollande portera les couleurs du PS lors de l'élection présidentielle 2012. Est-ce une bonne nouvelle pour le monde numérique  ?

Les quatre débats télévisés, malgré leur richesse indiscutable, ne permettent pas de répondre à cette question puisque le sujet du numérique y a été complètement ignoré. Certes, on a eu le droit au couplet sur les réseaux sociaux mais depuis quand le monde numérique se limite-t-il aux murs de Facebook ou aux 140 caractères de Twitter  ? Quid du débat politique sur les enjeux du numérique, internet, les libertés publiques, la protection des données personnelles ou, sujet qui en fâche plus d'un, le respect du droit d'auteur  ? Pourtant, le XXIe siècle, s'il n'est pas aussi religieux qu'on a pu le prédire, est indéniablement numérique.

J'aurais adoré, par exemple, assister à un vrai débat sur le sujet de l'Hadopi. Abroger la loi  ? La modifier  ? Le projet du PS prévoit l'abrogation des lois pénales sur le droit d'auteur, mais François Hollande, contrairement à Martine Aubry, n'a pas été bien clair sur le sujet et ses récents revirements laissent plutôt supposer qu'il n'est pas insensible à la pression. Comme celle de l'ARP (société civile des auteurs-réalisateurs-producteurs) qui a avancé que le candidat socialiste ne souhaitait pas abroger Hadopi  ? Vincent Feltesse, responsable des questions internet de François Hollande, préconise le maintien du mécanisme de surveillance et d'avertissement de l'internaute fraudeur mais sans aller jusqu'à la coupure de l'accès à internet. Hollande pourrait donc symboliquement supprimer l'Hadopi mais pour la remplacer par une autre législation, car «  on ne peut pas laisser l'internet sans règles  ». Un Hadopi light, quoi...

Tout ça n'est pas très encourageant. Et l'équipe qui se forme actuellement autour de François Hollande n'incite pas non plus à l'enthousiasme. François Rebsamen, actuellement président du groupe socialiste au Sénat, qui dénonçait il n'y a pas si longtemps «  le jeunisme et l'électoralisme  » de la promesse d'abrogation de l'Hadopi  ? Le revirement de Jack Lang en faveur de Hollande depuis qu'il partage ses convictions en matière de droit d'auteur  ? Arnaud Montebourg, qui s'est engagé personnellement en faveur de François Hollande après s'être courageusement abstenu sur tous les votes DADVSI et Hadopi  ?

Bon, on ne va pas jouer les rabat-joie, on va lui laisser sa chance, à François. Il a quelques mois pour clarifier et détailler sa vision du numérique. Mais, même s'il ne peut pas faire pire que le président sortant, on va se permettre de l'attendre au tournant.

Jack Kernel, 18 octobre 2011.